Alerte emailCreate an alert

Report on TF1 chanel : le VIager, un pari sur la vie

Viager : un pari sur la vie

Un reportage de Laurent Flechaire, François Bordes. Montage : Stéphanie Porte (Les films du moment)

Les retraites qui baissent, les cours de l'immobilier qui flambent, des seniors en pleine forme qui veulent profiter de la vie, des plus jeunes qui rêvent de devenir propriétaires et pensent à leur vieux jours... Comment faire pour satisfaire des générations aux envies différentes et finalement complémentaires ?

Et si la solution se trouvait dans le viager ? Les acheteurs sont enthousiastes. Quant aux vendeurs, ils se disent que leur espérance de vie a tout à y gagner.  Le viager finalement, c'est un peu  un héritage qui aurait été organisé entre personnes de familles différentes...

Acheter en viager ? Et pourquoi pas ! Dans une demie heure, Monsieur Dimartino va passer à l'acte. Sa femme et lui vivent en Guadeloupe et rêvent de s'installer un jour sur la Côte d'Azur. C'est Madame Dimartino qui a visité l'appartement il y a trois mois et c'est avec son mari qui n'a vu que quelques photos sur internet qu'elle s'est décidée de l'acheter en viager. Le viager c'est ce curieux mode de transmission où un inconnu devient propriétaire de votre maison le jour de votre mort. Madame Bovis, 81 ans est l'heureuse propriétaire de la terrasse qui fait rêver Monsieur Dimartino et elle "préférerait que sa maison, après, revienne à des gens sympas". Cette maison lui vient de son grand-père. Trois chambres et un séjour où elle reçoit beaucoup d'amis. Seulement ses amis voyagent et pas elle. Son appartement vaut 350.000 euros, elle a décidé de le vendre en viager 100.000 euros tout de suite avec une rente mensuelle à vie de 900 euros.

"Souvent les personnes me disent : le viager c'est parier sur la mort des gens, raconte Monsieur Gaymard, spécialiste du viager à Nice. Je leur explique que, dans les calculs, on prend en compte l'espérance de vie et je leur dis que les premières personnes qui viennent me voir ne sont pas les acheteurs, ce sont les vendeurs pour que je leur trouve une solution qui corresponde à leurs besoins." Aujourd'hui les vendeurs se trouvent essentiellement sur la Côte d'Azur ou en région parisienne. A Saint Leu la Forêt, Monsieur et Madame Martinache, 80 et 82 ans, veulent vendre leur "petit paradis... parce qu'ils n'ont pas assez d'argent pour vivre". Madame Eloy habite à Neuilly, un 70 mètres carrés cossu et coquet d'une valeur estimée à 500.000 euros. Elle aimerait le vendre 200.000 euros avec une rente mensuelle de 2.000 euros " le premier avantage c'est de rester dans les lieux. J'y vis depuis 22 ans maintenant et je m'y plais beaucoup. Deuxième avantage, c'est d'avoir des mensualités beaucoup plus confortables et de m'autoriser des fantaisies de voyages". Des fantaisies qu'apprécie aussi Monsieur Box, 75 ans, golfeur et propriétaire d'un modeste deux pièces à Saint Maur des Fossés.

La rencontre entre les acheteurs et les vendeurs est moment délicat, comme le raconte Michel Artaz, spécialiste du viager. "C'est très amusant le viager ! L'acheteur dit toujours : nous vous souhaitons une très longue vie. Au départ, il le pense. Par contre, au bout de 15 à 20 ans, on commence un peu à s'agacer." Jeanne Calment, morte à 122 ans, avait vendu sa maison en viager à un notaire qui lui a payé une rente jusqu'à son dernier souffle... à lui ! Toujours pimpante et spirituelle, Mademoiselle Louvet, 94 ans, reçoit une rente pour son petit appartement parisien... depuis 19 ans d'un groupe de notaires...Elle ne regrette pas son choix !

A Nice, c'est enfin le moment tant attendu de la première rencontre entre Monsieur Dimartino et Madame Bovis, l'heure de la signature. " On a un bouquet de 100.000 euros et une rente mensuelle de 900 euros. Si par hasard, il y avait un problème et qu'il ne payait pas précise la Notaire à Madame Bovis, vous gardez ce qu'ils ont déjà versé. " Et en cas d'impayé de son acheteur pendant deux mois, Madame Bovis peut reprendre sa maison et la remettre en vente. Mais aujourd'hui, c'est surtout le jour de la découverte par Monsieur Dimartino de sa future demeure avec terrasse. " C'est exactement ce que je m'imaginais : la colline, la mer... Sur les hauteurs de Nice... C'est un rêve et puis, bon... J'espère que ça deviendra réalité. " En fait, le viager ressemble à un héritage organisé entre personnes de familles différentes. Les plus jeunes finançant les plus vieux et les plus vieux leur laissant leur bien. Et ça semble bien vécu par Monsieur Dimartino et Madame Bovis autour de la cheminée allumée et d'un verre de champagne : " Je suis chez Madame Bovis, dit le propriétaire à venir. Je suis catégorique, ça ne m'effleure même pas l'esprit... C'est sa maison, c'est pas la mienne. On est bien chez vous. On se sent bien ici."